30/09/2005

30-09-2005 (5) En français

Déjà au moyen âge existait un quartier juif à Vilnius.

Au 19ème siècle, Vilnius était un centre connu de la culture juive et de sa vie spirituelle. Par exemple, il y avait une imprimerie connue qui a publié le talmud de Babylone. Mais il faut souligner que les imprimeries juives publiaient également des livres dans d’autres langues comme le lituanien.

A l’université de Vilnius, des juifs pouvaient étudier la médecine, et parfois les sciences naturelles.
Par la suite, et c’était unique dans l’empire russe, un institut des enseignants juifs fut fondé à Vilnius.
Entre 1860 et 1880 un hebdomadaire en hébreu fut publié à Vilnius.
En 1904 apparaissait également en quotidien en hébreu.
C’est en 1897 qu’à Vilnius fut fondé un parti socialiste, le Bund, de langue yiddish.
Vilnius fut la capitale symbolique du yiddish et de la littérature en yiddish, langue qui n’est presque plus utilisée.
Par la suite, fut créée une troupe nationale juive qui joua avec succès, dans divers pays, la pièce de théâtre écrite en yiddish, le dibbouk de S. Anski (Salomon Rapoport). Cette pièce, devenue un classique du théâtre, se touve encore dans le répertoire du théâtre national israelien.

L’occupation soviétique de 1940-41 se manifesta durement à Vilnius. De nombreux habitants de la ville, des lituaniens mais également des polonais et des juifs, furent déportés en Sibérie. Nombreux parmi eux furent fusillés.
C’est ce qui explique, que lorsque le 22 juin 1941, l’Allemagne attaqua l’URSS, de nombreuses personnes reçurent les soldats allemands comme des libérateurs. Les allemands occupèrent Vilnius et introduisirent un régime d’occupation sévère. Tous les habitants en souffrirent mais principalement les juifs que les hitlériens condamnèrent à la mort.
Environ 42 milles juifs furent enfermés dans le ghetto. Les nazis et leurs adeptes, des lituaniens et des habitants d’autres nationalités, organisèrent des exécutions de masse. Presque la totalité de la grande communauté juive fut exterminée.

Au début de l’occupation nazie, il y avait à Vilnius de 55 à 60 milles juifs.
En 1941, ceux qui n’eurent pas le temps de fuir ou de se cacher furent enfermés dans deux ghettos séparés par une rue.
Dans le petit ghetto, il y avait de 11 à 12 milles habitants, pour la plupart des hommes lettrés, des travailleurs manuels et des personnes inaptes au travail physique.
Dans le grand ghetto, ou le ghetto dit des artisans, habitaient 29 milles personnes.

Tous souffrirent de la cruelle discrimination, de la faim et surtout de difficiles conditions de vie. Nombreux se sont retrouvés aux travaux forcés.
Les ghettos étaient isolés de la ville. Les fenêtres aux frontières des ghettos étaient noircis et clouées avec des planches.

En automne 1941, commencèrent les massacres de masse de ces juifs.
Le petit ghetto fonctionna jusqu’au 21 octobre 1941.
Le grand ghetto fut liquidé par les nazis le 23 septembre 1943.
Déjà depuis le mois d’août, les personnes capables de travailler avaient été transférées dans des camps de travail en Lettonie et en Estonie, tandis que les incapables avaient été envoyés au camp d’extermination de Maidanek. Entre 2 et 3 milles juifs étaient restés dans des lieux de travail à Vilnius.

Plus de 170 000 juifs ont été exterminés en Lituanie. Quelques centaines de lituaniens ont participé. Mais il ne manqua pas de personnes courageuses qui risquèrent leur vie en sauvant des juifs et leurs enfants du ghetto. Des personnes actives et connues de la société protestèrent publiquement contre les massacres et furent punies.

15:42 Écrit par Francine | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |